Logo mypositivfriends.club

Ne restez plus seuls

 

Nous publions sur notre blog des informations et nouvelles récoltées auprès des organisations internationales, publications sur des sites internet spécialisés pour informer nos membres. Nous ne sommes pas responsables des contenus, raison pour laquelle nous indiquons volontiers nos sources. 

Main qui tiennent le ruban rouge du VIH

 

Et si l’espoir d’une rémission prolongée après arrêt des traitements antirétroviraux était permis pour les patients atteints par le VIH ? C’est ce que laisse entrevoir la dernière Conférence internationale sur le Sida qui s’est penchée sur divers cas de patients en rémission prolongée après arrêt de leurs traitements. Un sujet d’autant plus important en cette période inédite d’épidémie mondiale de Covid-19.

A l’heure actuelle, il est possible de traiter de façon efficace les patients infectés par le VIH au moyen de médicaments antiviraux. Mais ce traitement doit être suivi à vie car leur système immunitaire est incapable de se débarrasser du virus qui recommencera à se répliquer si les soins s’interrompent.

Bien que l’édition 2020 de la Conférence internationale sur le Sida ait été entièrement virtuelle à cause de la pandémie de SARS-CoV-2, elle a confirmé l’intérêt toujours croissant de la communauté scientifique pour les cas de patients en rémission prolongée après arrêt des traitements antirétroviraux.

Lire la suite

 vih protection

 

Lors d'un essai clinique de grande ampleur, des chercheurs ont testé avec succès un nouveau médicament contre le VIH : le cabotegravir. Une injection tous les deux mois permettrait d'être protégé du virus.

Près de 38 millions de personnes vivent contaminées par le VIH dans le monde, selon l’Onusida, le programme commun des Nations unies sur le VIH/Sida. Chaque année, 1,7 million de diagnostics tombent et en 2018, la maladie a tué 770 000 personnes. Pour prévenir de la maladie, la PreEP, prophylaxie pré-exposition, est de plus en plus utilisée. Si elle est efficace à 99%, elle requiert une consommation quotidienne pour la personne à risque. Aujourd’hui, des dans le cadre d’un essai clinique, des chercheurs ont réussi à mettre au point une alternative moins contraignante : l’injection d’un médicament du nom de cabotegravir toutes les huit semaines. Les Instituts américains de santé (NIH) ont annoncé les résultats préliminaires de cette étude lundi 18 mai.

 

La lutte contre le VIH/sida n’est pas gagnée, loin de là. Tout le monde peut être concerné, pourtant encore trop peu de personnes connaissent le virus, en particulier ses modes de transmission. Cette méconnaissance est préjudiciable à la prévention, et surtout elle entretient les idées fausses sources de discrimination, de rejet, de peur du dépistage pourtant essentiel pour mettre fin au sida. Une mise au point sur différentes questions est donc nécessaire. Lire la suite

 

bientt vaccin vih

 

Testé auprès de plus de 4500 personnes, ce médcament est moins contraignant que les comprimées de PrEP, qui doivent être pris quotidiennement.

L’injection toutes les huit semaines d’un médicament appelé cabotegravir est efficace pour prévenir la contamination par le virus du sida, le VIH, et pourrait même être plus efficace que les comprimés de PrEP qui doivent être pris quotidiennement, ont annoncé les Instituts américains de santé (NIH) lundi 18 mai.

 

 

MypositivFriends.club 

Association Sid'Rencontre                                         

CH 1752- Villars-sur-Glâne                    

 

 © MyPositivFriends

Pas encore de compte ? Inscrivez-vous maintenant !

Connectez-vous à votre compte